Joseph Arnitz tuilier


Joseph Arnitz, né en Suisse, dans la région de Lucerne vers 1650, est arrivé en Alsace dans les années 1680 pour y exercer son métier de tuilier à l’abbaye de l’Oelenberg, près de Mulhouse.
Comme vous pouvez le voir sur cette photo : abbaye Notre-Dame d’Oelenberg, il y avait beaucoup de tuiles à fournir !

Tuiles en queue de castor

 

La production est une tuile d’argile, plate, à bout arrondi, dite « à queue de castor» (Biwerschwanz).

 
 
 
 
 

Un certain nombre de ses descendants ont continué à exercer ce métier, et à marier leurs filles à des tuiliers.

jean jacob arnitz

Marque de Jean Jacob Arnitz au mariage de son fils Jean en 1736

A cette époque, les tuileries sont le plus souvent communales. Les tuiliers les occupent par un bail de trois ans, en général. Ils se déplacent donc souvent. Très difficile physiquement, il n’était pas rare à l’époque que cette activité soit saisonnière (l’hiver principalement) et qu’elle alterne avec une autre occupation, celle de tisserand ou d’agriculteur, par exemple.
Mes ancêtres ont majoritairement acquis un bout de terrain pour y finir leurs jours.


Dans les années 1860, les tuiliers se confrontent à une nouveauté technologique : la tuile industrielle, inventée en 1841 par les frères Gilardoni. Plus légère, plus rapide à faire, et surtout beaucoup plus pratique à utiliser, elle va peu à peu remplacer la tuile artisanale.
Peu de tuiliers artisanaux alsaciens ont pu se reconvertir à la fabrication industrielle, car l’investissement demandé était très important. Des 200 tuileries artisanales encore en activité à la fin du XIXème siècle, seules deux subsistent aujourd’hui.

Grâce au site frise chronologique, j’ai dressé une frise généalogique des descendants de Joseph Arnitz ayant exercé ce métier de tuilier, en Alsace principalement, mais aussi en Lorraine et Franche-Comté, ainsi qu’au Canada,

 
(cliquez sur l’image pour la voir plus nettement)


Il y manque certaines informations. Les archives du Haut-Rhin n’étant en ligne que pour la période post-révolutionnaire, j’ai cependant réussi à glaner quelques dates antérieures grâce à l’aide de généalogistes amateurs; j’attends avec impatience la mise en ligne des registres paroissiaux pour terminer cette étude.


Vous trouverez sa généalogique sur l’arbre que je lui ai dédié sur Généanet : arnitzbis

Comments are Disabled